Le mercredi 2 mars 2011:
Réservé aux professionnels de la santé
Voir toutes les nouvelles et les activités

Historique

Dans le milieu des années 1980, le gouvernement provincial a dressé le plan stratégique d’un système de services de santé complet pour les aînés (A NewAGEnda). Il était notamment prévu de mettre à profit les compétences et connaissances acquises au sein des centres hospitaliers universitaires pour améliorer la qualité des services gériatriques offerts dans les hôpitaux de soins de courte et de longue durée en Ontario. Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée (MSSLD) a ainsi mis en œuvre, sur une période d’environ cinq ans, un programme gériatrique régional dans chacun des cinq centres hospitaliers universitaires de la province.

Dans son document intitulé « Guidelines for the Establishment of Regional Geriatric Programs in Teaching Hospitals », le MSSLD donne une définition du programme gériatrique régional. Il s’agit d’ « un système de services de santé complet et coordonné créé pour les aînés d’une région » dans l’objectif « de les aider à vivre de façon autonome dans leur propre collectivité et d’ainsi prévenir leur placement non justifié en établissement ».

Dans le même document, le MSSLD précise que chaque centre hospitalier universitaire mettra sur pied une unité d’évaluation gériatrique régionale et offrira tous les services cliniques connexes.

Le MSSLD prévoyait donc que chaque programme gériatrique régional constitue le volet clinique du service de formation en gériatrie du centre hospitalier universitaire concerné. À l’époque où ces programmes ont été créés, on a promis d’allouer des ressources supplémentaires aux centres hospitaliers universitaires afin de les aider à assumer leurs responsabilités supplémentaires au chapitre de la formation en gériatrie. Toutefois, outre la subvention échelonnée sur dix ans octroyée à l’Université McMaster pour mettre sur pied un centre éducatif sur le vieillissement et la santé, les centres hospitaliers n’ont reçu aucuns fonds. Les programmes gériatriques régionaux ont conséquemment dû tirer le maximum de leur budget pour offrir des services cliniques et une formation professionnelle, renforcer leur capacité d’action, évaluer la recherche et représenter les aînés.